Monday, November 05, 2007

War zone


Femmes violées devant leurs hommes par la troupe en guenilles
Village arasé, huttes brulées encore fumantes que l'on pille

On te saigne les pieds, après t'avoir suavement brulé les yeux
A l'école des mercenaires, tu ne peux que faire mieux

Le fer au sang caillé rougoie sous la danse d'une flamme
Kalach en bandoulière, les yeux hagards divaguent sans âme

L'enfant de douze ans rit, exhibant un chapelet de têtes coupées
Et lance dans son meilleur français, montrant sa lame acérée

"Coupe Coupe
Coupe Coupe"

Les canons sciés portent en bandoulière la rapine du jour
Saigné comme un cochon, éventré, ils te pendent tour à tour

A bout portant, tes boyaux feront festin aux rapaces du soir
Pas de fosse, juste un tas disloqué et sans forme pour mouroir

A l'arbre de sagesse, sous le dard du soleil, on crucifie le chef
On arrache ses ongles un à un, pour ne pas faire trop bref

L'enfant de douze ans rit, exhibant un chapelet de têtes coupées
Et lance dans son meilleur français, montrant sa lame affutée

"Coupe Coupe
Coupe Coupe"

Le film défile en accéléré
Disque déraillé et rayé

Coupez Coupez

3 comments:

Anonymous said...

Celui ci plus qu'un autre parce ce qu'il dénonce. Merci Gandolfo.

Claude des eaux vives

alibi-bi said...

Ouais, le monde est rude et apre...
La sauvagerie que l'on croyait réservée aux animaux s'est ancrée chez l'Homme depuis la nuit des temps et l'expèrience ne fait rien à l'affaire, on trucide aujourd'hui comme hier; et la déesse argent n'arrange pas les choses, vingt-et-unième siècle?
Ah bon?
Je regrette parfois d'avoir mis au monde des enfants (non, en fait pas complètement, il sont peut-être l'espoir d'un changement)
C'est très dur de se dire qu'on leur laisse un monde aussi désolant, désolé.
Adelphiquement.Evelyne.

Vallerie said...

This is great info to know.