Friday, May 23, 2008

Once upon a time on the road again...




Endless desert. Desert without an end.

La Cadillac Eldorado au dos d'acier bleuté, brille, fumante, sur l'asphalte qui suinte. Brumes de chaleur, cactus, poteaux télégraphiques ondulant en rangs d'oignons. Dunes enrochées qui titubent comme un serpent fou, trou sans fond, colline sans nom. Puis le bitume sans fin, rectiligne, pétrole zébré,cravaché, bouillonnant puis figé. A la radio hurle sur la bande fm l'air qui étanche ma soif et m'entraine toujours plus loin. Repères perdus, sans boussolle, sans rétroviseur, sauvagement heureux.

Ne pas réfléchir, être cette musique qui pulse mon coeur, ce moment d'adieu. Puis, plus tard, fenêtres toujours ouvertes, l'air du soir qui apaise la quête. Découverte improbable d'un canyon oasis, quelques baraques, un drapeau. Le barrage gronde sa plainte, un lézard m'observe, je m'allonge sur le dos.

Freedom thus is thy word.
Freedom thus is thy world.

6 comments:

Mona said...

J'adore les images old school comme celle-là, puis surtout la conotation du "motel", dans l'inconscient universel. C'est du voyage, des découvertes, autant de films qui passent par cette étape.

Tietie007 said...

J'avais bien aimé les Motel, aux USA, notamment un à Key Largo, sur la route de Key West, en décembre 1991.

icone said...

Pour quel voyage ?

esperance said...

ils sont super les motels dans ces regions
amities au grand voyageur
et merci de ces partages

Pas à Pas said...

Belle représentation.

titie007 me rappelle que j'ai tjours envie d'aller à Key West depuis que j'ai lu le livre "Un été à Key West" de Alison Lurie !
@+

Imk-viz said...

Magnifique, je vois littéralement la scène. Ou, comment voyager à travers tes très beaux textes.